Partage à l'Est

5 126€
/4 463€
115 %
categorie
Films & Arts Visuels
mecenes
61 mécènes
réalisé
En savoir plus
Les contacter
suivre
Suivre ce projet
0
Ce projet vous intéresse ? Parlez-en autour de vous !

DERNIER COUP DE CORNE DE BRUME AVANT APPAREILLAGE

Bonjour,

 

Nous cherchons encore des fonds, mais nous voulons dire un énorme MERCI pour tous ces soutiens efficaces et prompts qui nous ont déjà été accordés.

Nous sommes très touchés et utiliserons ces fonds avec respect, un soin très attentif et une profonde reconnaissance.

 

Notre projet devait également recevoir des financements publics, comme lors de voyages précédents. Ces soutiens sont reportés à plus tard.

Nous les re-solliciterons dès ce printemps pour d’autres voyages que nous voulons faire en Hongrie, Ukraine, Roumanie, Serbie.

 

Ces soutiens publics nous manquent donc, pour l’immédiat.

C’est pourquoi nous continuons plus que jamais à chercher des fonds auprès de vous, de nos proches et des proches de nos proches.

Notre nouvel objectif est de 6000 euros.

 

PRESENTATION

 

Nous sommes des artistes, indépendants les uns des autres et qui nous retrouvons, parfois, autour d'actions particulières.

Nous avons besoin de votre soutien pour aller, fin janvier 2016, partager avec les artistes et la population des deux rives de Mitrovica, au Kosovo, ainsi qu'avec des étudiants kosovars résidant à Belgrade, des ateliers de danse et de musique.

 

A Mitrovica, des bonnes volontés se cherchent de part et d’autre d'un pont gardé par les blindés de la KAFOR où vivent Serbophones, Albanophones, Rroms, Ashkalis, Turcs....

 

CONTENU

 

Nous travaillerons avec des partenaires locaux qui font un travail considérable pour développer la culture et l’esprit de paix, malgré leurs moyens très limités : la Faculté des Arts de Kosovska Mitrovica nord (nous ferons, avec eux, 6 heures d’atelier chorégraphique) / l’Association 7 Arte, Mitrovica sud (12  heures d’atelier musical) / AKTIV, une association populaire, Mitrovica nord (6 heures d’atelier théâtralo-chorégraphique) / l'Association des ONG locales pour la paix au Kosovo, AFPK, Mitrovica nord (concert).

 

Andrea Sitter, chorégraphe allemande (vue récemment au Théâtre de Chaillot), conduira deux ateliers chorégraphiques, à Belgrade, au Dom Kulture Studenski Grad, pour des étudiants en théâtre, de l’Université de Mitrovica, en séjour d’étude à Belgrade.

Ce sera les 21 et 22 janvier 2016.

 

Cinq artistes iront à Mitrovica nord et sud, les 24, 25 et 26 janvier 2016,

pour y conduire des ateliers et des concerts.

Il s’agit de Sophie Bocquet, chorégraphe, à la limite entre théâtralité, texte et danse, d’Agnès Pinaqui, bassiste, chanteuse, (groupe Joujou, avec Benjamin Colin), de Frank Williams, guitariste et poly-instrumentiste (vu avec le metteur en scène Lazare et le musicien Fantazio), de Gaspar Claus, violoncelliste (fils de Pedro Solers et qui vient de faire un concert à l’Olympia) et de Vincent Berhault, jongleur rompu au travail avec les musiciens et cofondateur de la Compagnie les Singuliers. (voir un peu plus bas informations sur les artistes.)

 

FINANCEMENT

 

Notre budget est de 9963 €.

Il comporte la masse salariale pour 7 personnes, toutes payées également, les frais de transports et de séjours. Il est calculé vraiment au plus serré.

Il est partiellement financé par un mécène principal (Soulier Management, Vienne, Autriche) et par certaines contributions publiques.

La somme complémentaire pour laquelle nous vous sollicitIons initialement représente environ 45% de notre budget.

Votre contribution reste vraiment essentielle pour rendre possible cette action précise, en janvier.

Nous continuons plus que jamais à chercher des fonds (certaines aides publiques que nous espérions ne viendront pas cette fois-ci, nous venons de l’apprendre, mais le voyage est absolument maintenu, évidemment !!!!!!).

 

FUTUR

 

Aujourd’hui, plus que jamais, ici, en Europe, notre objectif est d’appréhender, en actes, comment l’autre et l’ailleurs recèlent une part sensible de nous qui nous appartient en propre et qu’ils nous révèlent, et inversement.

 

CONTEXTE

 

Ce que nous faisons en janvier appartient à un projet plus vaste nommé : "tumulus, chemin géopoétique".

Depuis 2008, nous proposons des spectacles courts et tous types de rencontres pour tous les publics et dans tous les lieux, inconnus ou prestigieux, –de préférence là où, d’ordinaire, on ne va pas- en Europe dite ‘de l’Est’ : Pologne, Allemagne, Autriche, Hongrie, Serbie, Kosovo et, bientôt, Ukraine et Roumanie.

 

Une centaine d’artistes, techniciens ou pédagogues, indépendants les uns des autres, de nationalités variées et résidant principalement en France se retrouvent autour de "tumulus".

Nous intégrons peu à peu des artistes venant de l’Est dont la sensibilité nous a marqués.

 

Les actions de "tumulus" s’organisent à l’écoute de la réalité sociale, des usages et des sollicitations de nos partenaires sur place.

 

 

tumulus : dans la grande plaine, peu haute butte de terre millénaire sur laquelle on s’élève soi-même,

soit pour guérir, soit pour faire signe à l’autre, au loin, d’alerte ou de joie.

 

(Photo : Pascal Bouclier)

Je choisis le montant de mon don...

  • 22 €
  • 55 €
  • 77 €
  • 111 €
  • 222 €
  • 333 €

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand MERCI. Reconnaissance à tous ceux qui auront fait le geste, quel qu’il soit, de contribuer à faire en sorte que ce que nous travaillons, et désirons donner, existe.
  • Une belle acception du mot pouvoir. Etre généreux est une grâce. Etre heureux de rendre possible. Un cadeau en somme qu’on se fait à soi-même. Ce projet appartient aussi à nos contributeurs, NOUS FAISONS ENSEMBLE.
  • Porte ouverte. NOUS VOUS INFORMERONS sans faillir de nos activités artistiques et de l’avenir de ce projet qui est appelé à continuer sa route.
  • Visages, villes et lieux : nous vous transmettrons, via le net, les PHOTOS que nous auront 'prises' au cours de ce voyage.
  • Vous serez informé(e) de nos spectacles, VENEZ NOUS VOIR, nous vous offrons votre place pour une représentation de votre choix.
  • Une SECONDE INVITATION, pour l'une de nos représentations...
  • DEDICACE. Recueil de poèmes de Benjamin Colin façonné à la main ; ou exemplaire en serbe, albanais et anglais de Patriotic Hypermarket (M. Gogavac & J. Neziraj, dédicacé par Зоран Ристић) ; ou tapuscrit d’Idlir Azizaj, inédit.
  • ACCEPTEZ NOTRE INVITATION A DINER, au premier trimestre 2016, à Paris, avec plusieurs des artistes du projet.
  • Une suggestion ! Allez au Kosovo, venez sur place à la rencontre de ses acteurs culturels et économiques !
  • 222 €
  • 333 €
  • 2 222 €
  • 3 333 €

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand MERCI. Reconnaissance à tous ceux qui auront fait le geste, quel qu’il soit, de contribuer à faire en sorte que ce que nous travaillons, et désirons donner, existe.
  • Une belle acception du mot pouvoir. Etre généreux est une grâce. Etre heureux de rendre possible. Un cadeau en somme qu’on se fait à soi-même. Ce projet appartient aussi à nos contributeurs, NOUS FAISONS ENSEMBLE.
  • Porte ouverte. NOUS VOUS INFORMERONS sans faillir de nos activités artistiques et de l’avenir de ce projet qui est appelé à continuer sa route.
  • Visages, villes et lieux : nous vous transmettrons, via le net, les PHOTOS que nous auront 'prises' au cours de ce voyage.
  • Vous serez informé(e) de nos spectacles, VENEZ NOUS VOIR, nous vous offrons votre place pour une représentation de votre choix.
  • Une SECONDE INVITATION, pour l'une de nos représentations...
  • DEDICACE. Recueil de poèmes de Benjamin Colin façonné à la main ; ou exemplaire en serbe, albanais et anglais de Patriotic Hypermarket (M. Gogavac & J. Neziraj, dédicacé par Зоран Ристић) ; ou tapuscrit d’Idlir Azizaj, inédit.
  • ACCEPTEZ NOTRE INVITATION A DINER, au premier trimestre 2016, à Paris, avec plusieurs des artistes du projet.
  • Un de nos voyageur animera un ATELIER ARTISTIQUE d'une demi-journée, dans votre entreprise, pour vos collaborateurs et/ou leurs familles.
  • Dans un espace de votre entreprise, PERFORMANCE de trente minutes, par un artiste de notre projet.
  • Une suggestion ! Allez au Kosovo, venez sur place à la rencontre de ses acteurs culturels et économiques !
Projet Réalisé

C'est simple : vous recevrez par email votre reçu fiscal à intégrer à votre déclaration d'impôts.

Pour en savoir plus : la vie du projet

07 déc

PONT de SOIR en SOIR

 

(vous trouverez plus bas

DES TEXTES ET IMAGES COMPLEMENTAIRES)

le pont de Mitrovica, par Zoran Richtius

 

Soir d’élections.

Jour.

Soir.

Nous continuons plus que jamais à chercher des fonds (certaines aides publiques que nous espérions ne viendront pas cette fois-ci, nous venons de l’apprendre,

mais

le voyage est absolument maintenu, évidemment !!!!!!).

Nous poursuivons cette collecte, et la poursuivrons même au-delà de notre « objectif initial ».

Merci de votre réelle aide.

 

24 nov

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES

 

(ci-après) :

 

1) Informations, CV, VIDEOS sur les ARTISTES du projet de JANVIER (lien)

2) DEROULEMENT de l'action de JANVIER 2016 (lien)

3) PERSPECTIVES, TEXTES (lien)

4) TEMOIGNAGES

5) Annonce dans la PRESSE

6) Voyages précédents, QUI ?

7) Voyages précédents, OU ?

8) Die Donau, notre ASSOCIATION (lien)

 

 

 

 

15 nov

1) Informations, CV, VIDEOS sur les ARTISTES du projet de JANVIER

Partage à l'Est    

 

6 artistes partiront,  vers ces villes, nos partenaires et les participants aux ateliers, pour 6 jours à Mitrovica,  ou à Belgrade ; voici quelques informations pour vous les présenter.        

 

 

 

Agnes Pinaqui : voice / fretless one-string bass.

(ateliers à Mitrovica)

 

I always knew that something could happen with the living. So I shout and sing to ward off misfortune and zombification. Side roads define my path. Discovering words with theater and acting, I performed in Parisian bistros for a few years, reciting poems in their simplest expressions. Now I perform with my rock-band “JOUJOU”.

 

I explore the movement of speeches, reciting their repetitive rhythms. With a soca-punk energy, I declaim, or whisper, an edgy, fresh and libertarian poetry. I ‘m a self-educated and I believe in encounters to learn more and continue my road. Trying to keep me right in this crazy time.

 

clip de Joujou: https://www.youtube.com/watch?v=NVeJzTCbGSQ

site de Joujou  : http://joujoujoujou.wix.com/joujou

 

 

Andrea Sitter : chorégraphe et poète

(ateliers, Belgrade)

 

Andrea Sitter, danseuse dés l’âge de 5 ans, violoniste, comédienne, poète, performeuse, chorégraphe et pédagogue allemande, formée à l'Académie de Munich puis auprès d'A. Nikolaïs, C. Carlson, M. Monnier, P. Goss, W. Byars, J.-F. Duroure, D. Mercy et F. Verret.

 

Elle a joué Woglinde dans L'Or du Rhin, d’Herbert von Karajan. 

 

Dés 1980, elle danse pour J. Russillo, A.-M. Reynaud, O. Azagury, D. Boivin, J. Gaudin et F. Raffinot.

 

A. Sitter aime le travail collectif avec divers artistes. Elle a travaillé avec J.L. Hourdin, E. Durif et C. Beau, M. Ulusoy, L. Ferrari et J.-M. Maddeddu.

 

A. Sitter chorégraphie et danse des solos physiquement engagés où ses propres textes ont une place importante et qui prennent source dans une personnalité fortement marquée par une triple ambivalence : culture française et germanique, technique classique et contemporaine, danse passionnée et théâtre.

Depuis 2005, date de la création de sa compagnie (Die Donau), Andrea Sitter a dansé en France, Belgique, Pologne, Autriche, Allemagne, Hongrie, Portugal, Palestine, Tunisie, Colombie…. plus de 370 représentations de son répertoire actuel qui comporte 8 propositions, solos, duos, trios ou pièces de groupe et une chorégraphie pour 14 danseurs du CCN-Ballet de Lorraine.

 

Andrea Sitter chorégraphie et danse des soli intenses et physiquement engagés où ses propres textes ont une place importante et qui prennent source dans une personnalité particulière, fortement marquée par une triple ambivalence : culture française et germanique, technique classique et contemporaine, danse passionnée et comédie (au théâtre et au cinéma).

 

Elle a enseigné dans diverses écoles de théâtre à Paris, à la Szkola Baletowa de Poznan, au Théâtre National de Debrecen, en Hongrie, au CCN d’Orléans-Josef Nadj, au CND, au TPE de Bezons, en Allemagne et au Kosovo.

 

Andrea Sitter est particulièrement impliquée en Alsace, avec le soutien de la DRAC d'Alsace, notamment pour impulser les projets transfrontaliers.

Die Donau aura également impliquer une centaine de personnes dans des voyages-rencontres en Europe orientale (tumulus, chemin géopoétique).

 

Les textes d’Andrea Sitter ainsi que des études sur son travail ont été publiés.

 

 

lien vers : Rock'n roll suicide

lien vers : Im Kopf

lien vers :  Les escalier de Chaillot

 

 

Sophie Bocquet : chorégraphe

(ateliers à Mitrovica)

Après des débuts en danse au conservatoire de La Rochelle, Sophie Bocquet poursuit sa formation à Paris avec Karin Waehner, Pierre Doussaint, Jacques Patarozzi, Dominique Dujinski, Jean Gaudin. C’est à Paris qu’elle découvre les pièces de Pina Bausch.

 

Interprète dans différentes compagnies de danse dont CFB 451, elle crée en parallèle des solos et performances. A partir de 2004, des rencontres marquantes avec les metteurs en scène : Bruno Lajara, Guillaume Gatteau, Frédéric Maragnani, Frédéric Fisbach, lui ont permis d’approcher des écritures contemporaines: comme celles de Noëlle Renaude, Philippe Minyana, Roland Fichet, Nadège Prugnard, Lars Noren, Enzo Corman, Hubert Colas … Période déterminante qui lui permet d’envisager d’écrire elle-même ses propres textes. Ce qui est le cas de chacune de ses pièces : GOLDEN GIRL (2006-2007), SLIM (2009-2010) et LILY my happiness (2012).

 

A travers l’écriture d’« histoires » plus ou moins fictives, elle cherche à rendre compte de la réverbération sociale sur le corps intime. Le corps et la parole comme signes extérieurs d’une intériorité inquiète et parfois brutale de vivre le monde. Son premier solo GOLDEN GIRL, amorce sa recherche singulière entre la danse et le théâtre, et l’incite à créer sa compagnie Cie SB / Association Pied de Biche pour soutenir ce travail d’écriture, et comme plateforme d’échange avec d’autres artistes. Après cette trilogie de solos, elle travaille sur une réadaptation de la pièce SLIM en duo avec un comédien coréen, et sur une nouvelle création : jungle speed, trio.

Elle s’associe sur certains projets de recherche avec la chorégraphe Eléonore Didier et la danseuse et performeuse Agnieszka  Ryszkiewicz.

 

site de Golden Girl SB : http://www.sophiebocquet.com/golden-girl.html

 

 

Frank Williams : guitarist

(atelier Mitrovica)

 

A wind of shamanic rebellion blows, set halfway between soul and  punk, Frank Williams stands out as a promising actor  of a new Parisian scene, free and vibrant.

Already known as Ghost dance, guitarist and singer Frank Williams carries away the listener at first beat with his raw bewitching melodies. Originally inspired by punk and new wave, he sings of wandering and despair, love and madness, with a bursting passionate irrepressible life drive. A rough bold voice following the rhythms of rock & roll guitar sound, creates a unique set. An encounter which calls for all excesses,

           This striking mix creates a unique sound, a sensual alchemy which arouses the body and the sleepiest soul, at once.

           His band, The GHOST DANCE celebrates strength, love and spirit liberation

 

lien vers working : https://www.youtube.com/watch?v=KcKgV0gVwhY

lien vers divers :https://www.youtube.com/watch?v=AVFGrla6hnE

lien vers habitants du fleuve :https://www.youtube.com/watch?v=1gK2IVJhEEo

 

 

   

Gaspar Claus : violoncelliste

 

Gaspar est un infatigable passe-muraille n’ayant de cesse de re-configurer selon son bon plaisir les cartes d'Etat-major du monde de la musique.

 

Violoncelliste tout-terrain qu'on pourrait qualifier d'héritier hérétique de l'exemplaire Tom Cora avec lequel il partage cet alliage du populaire et du savant, de la mélodie et du boucan ainsi qu'une gourmandise tous azimuts, il met sa technique hirsute au service de la joie pure d'être vivant, toujours ouvert à la surprise, avec cet élan humaniste dont il vient contaminer  ses innombrables collaborations ( de Jim O’Rourke à Sufjan Stevens, Rone et Angélique Ionatos).

    Musique improvisée (en compagnie de Keiji Haino ou de Serge Teyssot-Gay), musique contemporaine (avec Bryce Dessner) flamenco (Pedro Soler et Ines Bacan) ou pop (Barbara Carlotti, Peter Von Poehl), tout entre ses mains se transforme en exercice d'intensification du goût, d'éclatement des frontières.

    Musicien désentravé dont l'esthétique mouvante est une éthique de la flibusterie, de la contrebande et du partage, Gaspar Claus est aussi l’instigateur du « Festival Permanent ». Cette grande confrérie invisible et éclatée se propose au delà de tout esprit de chapelle, de disséminer à travers le monde comme une idée de l'acte gratuit et spontané, une pensée de la création libre dont le geste s'invente à mesure qu'il se découvre. Une confrérie sans dogme ni hiérarchie, impossible à définir, à circonscrire, à capturer.  

    Gaspar Claus est de ces musiciens pour qui la musique est avant tout la manifestation d'une présence au monde et une célébration ininterrompue de ces vieilles valeurs désuètes et pourtant ô combien subversives que sont l'amitié, la réinvention du vivre-ensemble, la violence du plaisir. Valeurs qu’il exalte avec les violonistes Carla Pallone et Christelle Lassort en compagnie desquelles il a fondé Vacarme, trio engagé avec la même ferveur au côté d'artistes tels que Rover ou Stranded Horse que dans l'interprétation sauvageonne de compositeurs contemporains.

http://www.muraillesmusic.com/artistes/gaspar-claus/

 

 

Vincent Berhault : jongleur

 

Dans le prolongement d’une formation universitaire en Anthropologie et au détour de divers voyages dont une longue immersion en Turquie, je découvre la jonglerie puis progressivement la notion d’écriture circassienne. Prouesses, exploration de la sensibilité mais aussi construction composite à partir du vivant, l’identité de cet art est en pleine mutation et je deviens acteur de cette aventure exaltante.

 

Témoin depuis 20 ans de l’effervescence des appellations : cirque de création, contemporain, nouveau, je trouve particulièrement ma place dans le registre « des  nouvelles écritures ».

 

Avec le Cirque Romanès Tzigane tout en faisant mes débuts sur la scène je prolonge un certain voyage. Je poursuis dans le même temps des expériences avec des musiciens, des comédiens, et des danseurs contemporains.

 

Je deviens auteur, metteur en scène et interprète de ma première création « La Veste » qui sera plébiscitée lors de la première édition du dispositif Jeunes Talents de Cirque en 2002. Je fonde alors la Cie Les Singuliers afin de produire mes propres projets en collaboration avec des artistes venant d’horizon variés.

 

Pour « La Veste » je reçois le soutien de la Ville de Paris et du Parc de la Villette. Cette création sera suivie d’une tournée en France et à l’étranger.

 

En 2005 je mets en scène et coécris avec le batteur de jazz, François Merville, le spectacle « Bat-Jong ».

 

De 2007 à 2009 J’ai été artiste associé à la Maison des métallos, établissement culturel de la Mairie de Paris. Turcophone passionné j’y développe un partenariat culturel avec la Turquie. C’est ainsi qu’en collaboration avec la metteure en scène, Ilka Madache j’entame un travail transnational de recherche et d’écriture entre la France et la Turquie.

 

Dans ce contexte nous coécrivons, fin 2007, le solo « Hodja » puis fin 2009 le duo « J’attends mes loukoums chez le kuaför », avec un comédien turc d’Istanbul, Güray Dinçol. En 2010, répondant à une commande du Centre Culturel français d’Istanbul, nous produisons « Babel Paradoks » un cabaret multidisciplinaire avec 6 artistes de la scène stambouliote.

 

Depuis 2009 j’évolue également dans l’espace urbain, en particulier lorsque j’endosse le costume de l’Homme Sampleur, un personnage déambulatoire à la fois cyber-crieur et collecteur de déchets sonores.

 

Cette performance mêlant multimédia et arts de la rue donne l’occasion au jongleur de devenir manipulateur de sons.

 

En 2010-2011 je suis, avec la Cie Les Singuliers, accueilli en résidence dans la ville de Bagnolet avec le soutien du Conseil Général de Seine Saint Denis. Dans ce contexte je noue des relations étroites avec La Lutherie Urbaine et organise dans leur lieu des soirées « Carte Blanche » où musiciens, circassiens et comédiens se rencontrent autour de la lutherie issue de matériaux de récupération.

 

Passionné par la géopolitique je reprends en 2012-2013 des études de Relations Internationales, je soutiens un mémoire sur la politique étrangère turque et obtiens un master 2 de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques).

 

En 2014, la nouvelle création « Babillages » est une pièce pour le très jeune public traitant de la communication non-verbale. Produite en février 2014 elle a été jouée plus de 80 fois en France et également lors d'une tournée en Algérie.

 

 

 

(Crédits photos : Pascal Bouclier, et anonymes)

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE : https://www.culture-time.com/projet/tumulus-balkans-oree-2016

 

 

 

15 nov

2) DEROULEMENT de l'action de JANVIER 2016

 

Partage à l'Est

 

 

Nous serons donc, les uns et les autres,

avec ces villes,

nos partenaires

et les participants aux ateliers,

six jours à Mitrovica,

ou à Belgrade,

selon le réroulement suivant.

  

Jeudi 21 et vendredi 22

14h-18h : atelier chorégraphique mené par Andrea Sitter (avec des étudiants en théâtre de Mitrovica nord).

Lieu : Dom Kulture Studenski Grad, Belgrade.

Dimanche 24

14h-18h : rencontre avec des musiciens de Mitrovica puis ‘jam session’ avec les musiciens (Agnés Pinaqui, Gaspar Claus, Frank Williams) et Vincent Berhault.

Lieu : immeuble du CRYM, Mitrovica, rive nord.

Dimanche 24

14h-18h : atelier chorégraphique mené par Sophie Bocquet.

Lieu : locaux d’AKTIV, Mitrovica, rive nord.

 

Lundi 25

16h-20h : atelier chorégraphique mené par Sophie Bocquet.

Lieu : locaux d’AKTIV, Mitrovica, rive nord.

Lundi 25

14h-18h : atelier d’expérimentation musicale avec les musiciens et Vincent Berhault.

Lieu : 7 Arte, rive sud.

 

Mardi 26

14h-18h puis 19h-21h : ateliers d’expérimentation musicale évoluant vers un concert (avec la participation de Sophie Bocquet).

Lieu : 7 Arte, rive sud.

 

    

 

 

(Crédits photos  : Robert Frąckowiak, P-A Braschi, Sophie Bocquet)

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE : https://www.culture-time.com/projet/tumulus-balkans-oree-2016

 

 

 

07 déc

3) PERSPECTIVES, TEXTES

 

Von Stück

 

 

3) Perspectives 2016/2018

 

Dès notre premier voyage en Moesie (le pays des Muses, la Voïvodine) s’est affirmé un axe de travail autour de divers ateliers liés à une approche physique, vibratoire, non cognitive, de textes exprimés dans des langues ‘étrangères’. La « langue maternelle incompréhensible », dont Valère Novarina dit, si fortement : « une langue qu’on ne comprend pas et qu’on voit chantée. Une île du langage ; la langue à un ; une langue orpheline et une langue amniotique ; la langue qui ne résonne nulle part ; un corps devant soi ; une onde ; une langue dispensée du fardeau de la communication et qui nous rappelle à chaque instant - nous fait concrètement toucher, tout au fond du langage - au fond du son de chaque syllabe mordue, entendue, mâchée et bue, notre premier étonnement de parler. »

A ce chantier, à cette question, à cette exploration se sont, entre autres, attelé Idlir Azizi, romancier, philosophe et poète, spécialiste de Joyce et de Becket, traducteur d’Ulysse, en albanais, et Gérard Vincent, érudit -lui aussi-  visionnaire et inventomane merveilleux, aujourd’hui disparu. Ce couple intellectuel très fécond travaillait en particulier de manière assez anti-conventionnelle sur les flux d’influences civilisationnelles de l’Est vers l’Ouest, depuis la Grèce antique, jusqu’aux avant-gardes du 20ème siècle, avec une conception savante, sensuelle et jubilatoire de la poésie conçue comme d’abord antiscripturale, jouissive, non domesticable, géographique, intimement liée au souffle, au mouvement et au corps : le mot strophe indique en grec le mouvement du bateau de guerre pendant lequel le poète dit-nomme-chante les sommets à l’horizon.

Nous entendons continuer à voyager sur ces arêtes et cette démarche qui ne se veut ni intellectuelle, ni universitaire, ni littéraire,  mais d'abord tentative artistique, physique, sensible.

 

En 2016/2018, nous voulons reprendre la route vers l’Est, plusieurs fois, sur les mêmes modalités que précédemment (groupes importants d’artistes, de nationalités et de disciplines variées, proposant toutes sortes d’ateliers, des rencontres et soirées de spectacles courts), depuis une usine -sa cantine, ses ateliers, ses parkings-, quelque part en Autriche, en passant par Debrecen et son grand Théâtre national Csokonai Színház, deuxième ville de Hongrie, protestante, rivale de Budapest-la-catholique, réputée dure, passerelle, sentinelle et belvédère vers la Transylvanie roumaine, vers la Trancarpathie d’Ukraine très pauvre et de haute culture, en bascule à la bordure de l’Europe et vers la Slovaquie magyarophone, puis par Novi Sad et Belgrade, capitale d’une fédération disparue, à la porte de l’Europe, entre histoire millénaire, drame contemporain et avenir et enfin, à Mitrovica.

A Mitrovica, ville fracture, échouée, nous ferons plusieurs séjours. Nous vivrons répartis de part et d’autre de l’Ibar qui coupe la ville en deux animosités. Nous y travaillerons avec les acteurs culturels et sociaux kosovars et la participation active de la population, ses récits et ses chants, en autres sur le chapître 8 de Finnegans Wake : Anna Livia Plurabelle. Ce texte babélien, de Joyce, exultant de sons et de sens, réputé ‘difficile’, met en scène deux lavandières qui s’interpellent et se font face sur les rives d’une rivière, il exhausse le motif principal de tumulus :  l’art qui - comme l'ouverture infinie des langues de l’autre - donnent à re-voir, et à re-être au monde.

 

tumulus, chemin géopoétique est une tentative qui pourrait aussi être sous-titré "voyage géopoétique aux sources de l'Europe : poème-danse / danse-territoire / territoire-poème" car nous essayons de voguer sur ces connexions. C'est une vision océanique dans laquelle le monde se dessine depuis la mer et le giron des bassins versants. Il s'agit d'une Europe symbolique et large que danse la langue et qui n'a rien de domaniale

Gérard Vincent, poéticien huguenot

 

Ô monde vivant ! Ô humanité !

Les hommes sont là dans la rue, dans les immeubles, les cafés, les entreprises, on peut les voir vivre tels qu’ils sont, complexes, tourmentés et gracieux, d’une beauté d’usine, de RER, à les regarder ça fait pleurer à cause de l’amour, de la souffrance, du travail, de la maladie, de la noblesse, de la télévision, des violences portées, des odeurs d’arbres et d’essence, de la moquette imprimée et des enfants des autres.

Mathilde Nègre / in L’argent pleure ta mère / décembre 2010 /

Bayonne arrive – Laurent Jarrige

 

Déchiffrer chaque passant,

tenir chaque regard comme on tient un cri.

Benjamin Colin, Vienne, Autriche / septembre 2009

 

La traduction ne nous assure d’aucun intérieur, ni d’aucun extérieur, elle abolit le mur.

Barbara Cassin, Présidente du Collège international de philosophie,

auteure d’un Dictionnaire des intraduisibles

 

Il y a un « autrement »  (substantif désignant l’action du verbe autrer) au passage d’un col,  et  à l’entrée à l’envers dans une vallée nouvelle. Et de chaque côté de la montagne on pense et on parle légèrement « autre ». Veränderung. J’imaginais qu’une pensée balkanique, sortant des Alpes, s’étendait sur toute l’Europe centrale et  orientale  et bien plus loin : du Léman à la Volga  — une façon de penser qui ne craignait pas le miroitement du réel, la complexité compliquée,  la réversibilité —  et la jouissance, et la joie, et la délivrance par le pluriel. ../… Les langues sont des danses paralléliques… Les langues en savent plus que nous. Il faut les porter à notre oreille : et parfois ne plus du tout les savoir pour les entendre.

Valère Novarina /

Une langue maternelle incompréhensible

 

One cannot help noting that rather more than half of the lines run north-south in the Nemzes and Bukarahast directions while the others go west-yeast in search for Maliziies with Bulgarad for, tiny tot though it looks when schtschupnistling alongside other incubula, its has cardinal points for all that… Such crossing is antichristian, of course, but the use of the homeborn shillelagh as an aid to calligraphy shows a distinct advance form savagery to barbarism.

James Joyce / Finnegans Wake

 

07 déc

4) TEMOIGNAGES

 

4) TEMOIGNAGES

 

 

 

Zsófia, dramaturge, hongroise, octobre 2009

 

J'espère que tout s'est bien passé en Serbie, et que vous n'êtes pas trop fatigués. La il y a de très bons échos parmi des jeunes sur les ateliers. Apparemment c'était une grande expérience pour tout le monde.

 

Merci, bonne journée,  Zsófia

 

 

Erika, chorégraphe, italienne, octobre 2009

 

Bouleversante expérience et quête dans un tremblement d'existence.Grazie pour ce formidable voyage !

 

 

Laurent, créateur lumières, français, octobre 2009

 

Et à présent,

comment enterrer un Tumulus ?

Bâtir par dessus...

Un  Surmulus ?

 

 

Li Ping, performeuse, chinoise, novembre 2009

 

Quelle énergie mentale et physique encumulus de Tumlulus !!!C'est beau de pouvoir monter sur Tumulus pour regarder les chemins qu'onvient de parcourir, et c'est toujours après tant d'effort et d'utopiequ'on s'apercevoir mieux nos chemins engagés.En tout cas Bravo et merci pour ces chemins où nous sommes allés !

 

 

Cécile, danseuse, française, novembre 2009

 

A cause de tumulus… j’ai le mal du pays de la Serbie.

J’ai adoré la Serbie.

A bientôt.

Cécile

 

 

Jean-Christophe, chorégraphe, français, novembre 2009

 

En suivant le sentier large et accueillant du tumulus/spirittu arrives en haut du Tumulus on tu prends le vent librement.Ce sport, parfois à haut risque, est une activité d'essences.JCh

 

 

Iskra, choreographer, macedonian, November 2009

 

Hello....Just to say i arrived well ..i am home and i will be working here a lot for the festival in Skopje.....thank you for the project and the experienece in working in vojvodina and paris...i think it was not easy but I have new experiences and ideas now. i am also very happy to meet everyone..artsits and technicians..it was really great :)we stay in touch greetings from  skopje and we  stay in touch... !!!best wishesiskra

 

 

 

Pascal, photographe, français, novembre 2009

 

Bonjour à toutes et tous,

 

Je vous présente ma vision du voyage "tumulusien".

Vision incomplète et personnelle.

Mais je dois vous dire à tous que j'ai passé de merveilleux moments 

et j'espère avec mes photos vous les faire partager.

 

Amitiés à toutes et tous.

Pascal

 

 

Blaise, musicien, programmateur, français, novembre 2009

BRAVO pour ce grand voyage rocambolesque et carambolesque, cethumus, ce tumulte, cette fusée pétaradante lancée au milieu du réelendolori, ce trop-plein de vie au milieu du vide, ce strato-cumulo-rébus àfleur de mots, ce geste heureux et incarné. Pour moi ce fut aussil'occasion de renouer avec mon instrument, avec la scène, avec l'envie, etce n'est qu'un long début qui redéploye ses lèvres.

 

 

Angela, directrice de théâtre, française, janvier 2010

Merci !!Tous les artistes qui ont participé à cette aventure m’en ont tellement parlé que j’ai presque l’impression d’avoir fait ce voyage avec vous. Ils ont eu l’air d’avoir vécu un moment hors norme. Je suis sure que vous trouverez les ressources pour continuer cette aventure qui a tant ému les uns et les autres. J’ai hâte de regarder tout ça...A très vite, oui, j’espère ! 

 

Laurent, vidéaste, français, janvier 2010

Salute à tous !Et grand merci à tous de déployer tant d'énergies pour que la vie se passe, bon gré mal gré, pleine de sentiments parfois frits mais toujours foutue de sens et d'humanisme que l'on ne trouve presque pas ailleurs.Il y a beaucoup de choses à dire et à revoir mais à refaire toujours, et nous sommes si nombreux qu'il nous faudra une dizaine d'éditions supplémentaires pour entendre tout le monde, alors à bientôt sur les routes !

 

 

Gérard Vincent, poéticien français  

& Idlir Azizi, poète albanais, mars 2011

 

Naissance de l’atelier radio film

 

L’atelier radio-film surgit du processus de réflexion et d’expérimentation commune menée par Gérard Vincent, poéticien, et Idlir Azizi, écrivain et traducteur albanais. Cette complicité intellectuelle s’est nouée à l’occasion des voyages labourant de tumulus chemin géopoétique, en 2009 et 2010, au cours desquels ils ont animé un atelier de poétique choristique, en Hongrie et dans la plaine serbe de la Tisza.

 

 

Eléonore, choreographer, french, May 2011

 

I very much liked the system of this Tumulus edition. Tight and precise schedule was proposed, but very open was the way we could apropriate it.

I understoud this proposal as an invitation for a journey, a time for myself, for adventure, and for charing, far away from protuctive pressure. Rare but particulary pertinent proposal !!! Because it seems to me that  sabbatical periods are very serious ways of working and elaborating an own artwork. In fact, this experience and the exchanges were very rich to me, it has feed my thoughts. I have the stroung sensation that it opened some space into me. A precious intelectual and physical dynamic was opening during the week…

It was fulfilling and rewarding at several levels : personal, artistic, professional.

I was particulary intersted in descovering Art Station Foundation, meet some of the people of the group. And through the polish people and the journey, I was also very pleased to descover a beat of Polish culture.

Thank you for inviting me, it has been a beautiful gift for me.

Let’s go further !!

 

 

Philippe, apiculteur, français, août 2012

 

A vous tous,

 

Merci à vous de ce que nous avons partagé hier.

Nous pouvons continuer à marcher encore sur nos sentiers, si nous voulons.

Encore des gens et des pays.

Nous avons été ensemble dans la troué de lumière du théâtre. Après la houle de la foule disperse les fétus. Pas pu se voir. Il y a des labours en cours, des choses tractées et qui sourdent. Le vent nous rapprochera sûrement, sur d’autres quais ou ailleurs, bientôt.

 

Merci à vous.

 

 

Sophie, chorégraphe, française, juillet 2015

 

Je suis impliquée depuis un an dans un projet international collectif de rencontres et de partages avec des artistes et les publics d'Europe centrale et orientale, nommé tumulus. Une affaire commune à plusieurs dizaines d’artistes.

En avril 2015, nous sommes allés à Mitrovica, au Kossovo, pour faire des ateliers avec des jeunes albanophones et serbophones, élèves comédiens ou jeunes apprentis, en lien avec des associations locales.

Il y a aussi le projet de faire une série de voyages, en 2017-2018, avec un grand nombre de voyageurs, en Hongrie, Autriche, Serbie, Kosovo, Roumanie &  Ukraine.

Nous tissons des liens à chaque voyage, construisons un chemin.

 

Nous sommes artistes, danseurs, musiciens, poètes, et pensons que ces rencontres, partages, voyages ne semblent pas hors sujet dans notre Europe, vu  comme elle tangue aujourd’hui.

Nous revenons toujours de ces voyages avec une joie d’y avoir rencontré, d’y avoir avancé.

Pour ma part ces échanges sans cesse réinventés nourrissent ma propre réflexion artistique.

Par l’expression artistique quelque chose se passe, quelque chose se tisse, quelque chose rayonne. Je crois à la poésie, à l’imaginaire, aux échanges humains, au concret sur le terrain, être là.

Mille mercis.

 

 

Marko, hip-hoper, serbe, July 2015

 

Yes we had really nice time together, thank you for that and hope to see you soon. Thanks for Benjamins number. I  will try to manage and go on Kosovo. All the best, take care!!!

 

 

05 déc

5) ANNONCE dans LA PRESSE

- La lettre du spectacle – 20 novembre 2015

 

Tumulus reprend la route.

Dispositif de résidence d’artistes, chorégraphes, musiciens et poètes, dans les pays de l’Europe de l’Est.

Tumulus se relance en janvier prochain et inscrit à son budget une campagne de crowd funding pour 4500 euros, soit 45% du budget.

L’ambition de ces résidences est autant de retisser du lien humain que de mettre des artistes de ces pays en contact avec leurs homologues de l’Ouest. La campagne de janvier, vise à organiser des ateliers de danse et de musique, avec et pour les artistes et la population des deux rives de Mitrovica, au Kosovo, ainsi que pour des étudiants de Mitrovica, en voyage d’étude en Serbie.

Depuis 2008, les actions de Tumulus ont impliqué des dizaines d’artistes pour plus d’une centaine d'ateliers suivis par 1500 participants.

Les financements des Institut Français de Belgrade et Pristina pourraient peser environ 20% du budget.

 

 

photo : Martina Hubl (danke !!)

 

 

15 nov

6) Voyages précédents : les VOYAGEURS

6) VOYAGEURS de tumulus, chemin géopoétique

 

Voyageurs

de 2008 à 2015

 

Brigitte Asselineau, danseuse, pédagogue

Idlir Azizi, philosophe, romancier, poète, traducteur

Marion Ballester, danseuse, chorégraphe

Corinne Barbara, danseuse, pédagogue

Juan Benitez, danseur

Sophie Bocquet, danseuse, chorégraphe

Boris Caksiran, danseur, chorégraphe

Jean-Christophe Boclé, danseur, chorégraphe, notateur

Philippe-Ahmed Braschi, programmateur, apiculteur

Pascal Bouclier, photographe

Gaspard Claus, violoncelliste, grand voyageur

Benjamin Colin, poète, percussionniste

Rosalind Crisp, danseuse, chorégraphe

Eléonore Didier, danseuse, chorégraphe

Bruno Dizien, danseur, chorégraphe, thérapeute

Malika Djardi, chorégraphe, danseuse

Alexia Djemder, palefrenier

Pierre Gambini, poète, performeur

Peter Gemza, danseur, chorégraphe

Marie Granier-Deferre, écuyère, palefrenier

Jean-Christian Grinevald, metteur en scène, comédien

Madgalena Hinterdobler, cantatrice

Sébastien Jacobs, comédien, danseur

Laurent Jarrige, poète, vidéaste

Dominika Knapik, danseuse, chorégraphe

Mathilde Lapostolle, danseuse, chorégraphe

Lazare, poète, metteur en scène, improvisateur, vociférateur

Otto Lechner, accordéoniste

Constantin Leu, performeur, plasticien, improvisateur,

Luka Lukic, danseur, chorégraphe

Frédéric Mérat, régisseur général, éclairagiste

Yvan Mérat, chanteur, danseur

Blaise Merlin, violoniste, compositeur, programmateur

Arnaud Méthivier, accordéoniste

Marco Micic, danseur, pédagogue

Vera Obradovic pédagogue, danseuse, chorégraphe

Janusz Orlik , danseur, chorégraphe

Mauro Paccagnella, danseur, chorégraphe

Christian Paccoud, musicien, chanteur, compositeur

Laurent Patissier clarinettiste, régisseur général, éclairagiste

Pédro Pauwels, danseur, chorégraphe

Eliczec Pazgesz, danseuse, chorégraphe, comédienne

Minja Pekovic, comédienne

Miona Petrovic, danseuse

Agnès Pinaqui, chanteuse

Renata Piotrofska, danseuse, chorégraphe

Anna Piotrowska, chorégraphe, danseuse

Gulja Popovic, danseuse

Nicolas Prosper, régisseur générale, éclairagiste

Emanuel Ragot, compagnon de route

Marlène Rostaing, danseuse, chorégraphe

Jesus Sevari, danseuse, chorégraphe

Ingrid Soulier relations publiques, co-organisatrice du projet

Philippe Soulier inventeur-développeur, co-organisateur

Pierre-Johann Suc, danseur, cinéaste, chorégraphe

Maria Stoklosa, danseuse, chorégraphe

Olga Stoklosa, comédienne

Iskra Sukarova, danseuse, chorégraphe

Sébastien Teulié, régisseur général, éclairagiste

Karol Tyminski, danseur, chorégraphe

Li Ping Ting performeuse, danseuse, chorégraphe

Kinga Ujhelyi, comédienne, chanteuse

Veronica Vallecillo, performeuse, danseuse, chorégraphe

Anna Ventura, plasticienne, danseuse, chorégraphe

Gérard Vincent, architecte, poétologue, machiniste

Frank Williams, musicien

Stanislaw Wisniewski, chorégraphe, accompagnateur du projet

Patrick Zingilé, danseur, chorégraphe

Erika Zueneli, danseuse, chorégraphe

 

Voyageurs supplémentaires

pressentis pour 2016 à 2018…

 

Kristian Al Droubi, danseur

Jelena Alempijevic, chorégraphe, danseuse

Orgest Azizaj, philosophe

Arben Bajaktaraj, comédien

Christine Bastin, chorégraphe, danseuse

Philippe Burin des Roziers, poète

Tonino Cavallo, musicologue, musicien, tarentelliste

Raphaëlle Chevalier, régisseuse son

Ana Dubljevic, chorégraphe, danseuse

Armelle Dumoulin, musicien

Flore Dupont, régisseuse

Fantazio, musicien

Nicolas Fremiot, photographe, marcheur

Jordi Gali, performeur, acrobate, danseuse

Renaud Golo, boxeur, danseur, comedian, cuisinier

Priyadarshini John, photographe

Nouche Jouglet, comedienne

Aurore Laloy, performeur, metteuse-en-scène, journaliste

Sylvestre Leservoisier, poète, crieur public, cuisinier

Margot Marguerite, romancier, comedien

Claude Merlin, metteur-en-scène, comedien, hélèniste

Maria Munoz, chorégraphe, danseuse

Makingson Délivrance Nespoulos, tailleur de pierres, chanteur

Sergio Nguyen, acrobate, régisseur général

David Noir, metteur-en-scène, comédien, performeur

Jorge Parente, enseignant, mandataire du Grotowski Institute

Jean-Michel Plouchard, réalisateur, photographe

Philippe Pommier, comedien, performeur

Jasmina Prolic, chorégraphe, danseuse

Olivier Renouf, chorégraphe, danseur

Florian Rivière, hacker urbain

Sarah Schwarz, funambule, dresseuse de cochon (et son cochon)

Isidora Stanisic, chorégraphe, danseuse

Sara Tosic, danseuse

Andelija Todorovic, chorégraphe, danseuse

Marie-Elodie Vattoux, danseuse

Philippe Verielle, écrivain, critique de danse

Sonja Vukicevic, chorégraphe, metteur en scène

 

 

notule télégraphique

sur les artistes de l’Est impliqués

 

(La raison explicite, originelle et première pour laquelle nous avons commencé à travailler à Mitrovica est la volonté de créer une performance avec deux coryphées, l’un albanophone, l’autre serbophone, et la participation du public, sur le pont qui traverse l’Ibar, à partir de la matière du chapître 8 de Finnegans Wake : Anna Livia Plurabelle.

Ce texte babélien, exultant de sons et de sens, réputé ‘difficile’, met en scène deux lavandières qui s’interpellent et se font face sur les rives d’une rivière, il exhausse le motif principal de tumulus :  l’art qui - comme l'ouverture infinie des langues de l’autre - donnent à re-voir, et à re-être au monde.)

 

Pour ce qui concerne l’implication des artistes d’Europe centrale et orientale, nous avons déjà commencé à  choisir les deux coryphées, indiqués plus haut, et avons favorisé des contacts entre un artiste serbe de Belgrade et un artiste syrien vivant à Novi Sad, avec des artistes albanophones de Mitrovica.

Par ailleurs  nous avons eu les collaborations suivantes :

Iskra Sukarova,  macédonienne : 2008, représentation d’un de ses spectacles, Vienne (studio Molière du Lycée français) ; 2009, représentations et conduites d’ateliers à Kanjiza, Senta, Subotica, et micadanses à Paris.

Minja Pekovic : conduite partagée d’ateliers à Subotica (deux jours en 2009, puis une semaine en 2010) ; 2010, performance à Paris, micadanses-Marché de la Poésie.

Dominika Knapik, Janusz Orlyk, Renata Piotrofska, Anna Piotrowska et Karol Tyminski : 2011, conduites d’ateliers, Art Stations Foundation, Poznan.

Otto Lechner, autrichien : 2011 performance, MuseumsQuartier, Vienne ; 2014, performance à Schärding, Autriche, Europäische Wochen.

Maria Stoklosa, Karol Tyminski, polonais : 2011, représentations de leurs spectacles et aussi création avec une artiste de tumulus, micadanses.

Kinga Újhelyi, hongroise : 2012, création d’un spectacle à Paris, Marché de la Poésie.

Peter Gemza, hongrois : (désormais résident à Debrecen) 2012, création d’un spectacle à Paris, Marché de la Poésie ; 2014, performance à Schärding, Autriche, Europäische Wochen.

Magdalena Hinterdobler, allemande : 2014, performance à Schärding, Autriche, Europäische Wochen.

Luka Lukic, Miona Petrovic, Marco Micic, Vera Obradovic, Boris Caksiran (serbes), Gulja Popovic (kazakhe) : 2015, conduites d’ateliers, CZKD, Belgrade.

 

// Idlir Azizaj a traduit et fait publier La camera sans pellicule, longue prose poétique de Gérard Vincent, revue Koha Ditore, Pristina.

2011.

// Publication aux éditions Les Cygnes du texte Lettre à Pekovic, de Gérard Vincent, mai 2014.

// Motherly voyeur, roman d’ Idlir Azizaj, inspiré de tumulus, écrit en anglais, 2011, traduction quasi terminée vers le français par Anne-Gaëlle Argy.

2015.

// Rencontre organisée par tumulus, entre Elisabeth Platel, directrice de l’Ecole de l’Opéra de Paris et Krystyna Frąckowiak, directrice de le Szkoła Baletowa de Poznan.

Février 2011.

// Atelier mené au conservatoire de Péronne, dirigé par Stanisław Wiśniewski,

avec vingt enfants danseurs amateurs polonais,

venus de la ville de Chełm, à l’est de la Pologne,

trois journées.

Intervenants : Andrea Sitter (chorégraphe allemande, atelier, Le Cygne) et Jean-Christophe Boclé  (chorégraphe et notateur Laban, atelier : Le Faune).

Juin 2014.

 

 

15 nov

7) Voyages précédents : OU ? QUAND ?

7) VOYAGES de tumulus, chemin géopoétique

 

 

Voyages

 

Depuis l’été 2008,

tumulus, essai collectif d’échanges asymétriques,

implique une centaine d’artistes,

techniciens et organisateurs,dans des voyages géopoétiques, en Europe.

28 mai 2009Vienne, Autriche, Studio Molière, Institut Français

spectacle

23 septembre 2009Vienne, Museumsquartier, Halle G

spectacles

25, 26 et 27 septembre 2009Debrecen, Hongrie, Théâtre National Csokonai Színház

ateliers, spectacles

30 septembre et 1er octobre 2009Kanjiza, Serbie, Jozsef Nagy Regional Atelier Kanjiza

ateliers, spectacles

2 et 3 octobre 2009Senta, Serbie, Thurko Lajos MK

ateliers, spectacles

4 et 5 octobre 2009

Subotica, Serbie, Kosztolányi Dezso Szinház

ateliers, spectacles

9 et 10 octobre 2009Paris, micadanses

spectacles

1er semestre 2010Paris, micadanses,& Subotica, Serbie, Kosztolányi Dezso Szinház

atelier d’exploration artistique « Puissance loquomotrice du chœur »11 juin 2010Paris, Marché de la Poésie

atelier, performance

6, 7, 8 octobre 2010Poznan, Pologne, Szkola Baletowa

ateliers, spectacles

 

7 et 8 octobre 2010Varsovie, Pologne, Akademia Teatralna et Opéra

ateliers, spectacles

23 octobre 2010Paris, micadanses

soirée « Terrassements »

29 avril au 6 mai 2011Poznan, Pologne, Art Stations Foundation

atelier international, dix chorégraphes

11 juin 2011Montreuil, La Guillotine, Marché de la Poésie

performances, spectacles

25 juin 2011Vienne, Museumsquartier, Halle G

spectacle-rencontre austro-germano-française 6 décembre 2011Paris, micadanses

spectacles-rencontre franco-polonaise

 1er juin 2012 

Paris, Marché de la Poésie

création hungaro-germano-albano-française

"Les lumières visibles"

 

  7 juin 2014 

Montreuil, La Guillotine, avec la famille Vincent

Festivités Gérard Vincent

 25 et 26 juillet 2014

Schärding, Autriche, Kubinsaal am Schlosspark

ateliers & spectacle-rencontre austro-germano-hungaro-française

 21 au 24 avril 2015

Mitrovica et Gracianica, Kosovo

ateliers et conférences

 

5 au 10 juillet 2015Belgrade, Serbie, Centre de décontamination culturelle

atelier international, dix chorégraphes

 

8 et 9 septembre 2015Debrecen, Hongrie, Théâtre National Csokonai Színház

ateliers, performance

  

9 octobre 2015Kottingbrunn, Autriche

ouverture du chantier d’une usine de machines-outils

performance

 

 

Vifs remerciements à ARTup, Ingrid et Philippe Soulier,

von Wien, la ville promontoire.

 

 

TUMULUS : dans la grande plaine, modeste butte de terre millénaire sur laquelle on s’élève soi-même, soit pour guérir, soit pour faire signe à l’autre,

au loin,

d’alerte ou de joie.

 

Ils ont donné

  • Message
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default
  • User Default