Quel excuse pour ne pas aller au travail ?

S’il est vrai que le travail libère l’homme, il n’en reste pas moins qu’il est épuisant et que par moment, l’envie de ne rien faire peut prendre le dessus sur tout. Dans de pareilles circonstances, la seule chose qui vous vient à l’esprit, c’est de zapper une journée de boulot. Mais l’obligation vous est faite de justifier votre absence auprès de votre employeur pour ne pas courir le risque d’un licenciement. Quelle serait alors votre excuse pour ne pas aller au travail ? Cet article vous propose les meilleures raisons à servir à votre manager.

L’excuse imbattable pour ne pas aller au travail : les motifs médicaux

Parmi les pathologies existantes, il y en a pour lesquelles les gens soutiendront votre absence afin de ne pas se voir infecter. Toute entreprise ferait l’option de fonctionner avec un personnel réduit plutôt que de risquer un arrêt général pour cause de maladie. Les premiers maux que vous pouvez évoquer sont :

  • La grippe ;
  • La gastro-entérite ;
  • La varicelle.

Ensuite, viennent les maladies qui peuvent susciter l’obtention d’un arrêt de travail. Il s’agit de la migraine, du mal de dos ou d’une intoxication alimentaire.

Mais attention, évoquer la maladie comme excuse pour ne pas aller au travail n’est valable qu’avec la présentation d’un certificat médical d’arrêt de travail. Ce dernier doit provenir de votre médecin traitant pour votre recruteur et pour la sécurité sociale dans un délai de 48 heures. Ainsi, vous pourrez percevoir des indemnités journalières de la CPAM (caisse primaire d’assurance-maladie) des suites d’une carence de 72 heures.

Il existe des conventions collectives qui ne tiennent pas compte du délai de carence, tandis que d’autres ont su instituer des « journées enfant malade ». Pour plus d’informations, adressez-vous au service des ressources humaines de votre entreprise.

L’excuse acceptable pour fuir son boulot : les soucis de transport

Vous avez la possibilité d’évoquer le fait que de façon indépendante de votre volonté, vous n’avez pas eu accès aux transports en commun. Pour cela, vous ne pourrez pas vous présenter au service. Sachant que votre chef ne peut vous dépêcher une voiture ou tout autre arsenal, ou vous inciter à venir par les airs, vous vous en sortirez bien. Néanmoins, en fonction du mode d’action de l’entreprise, il est possible que pour cette journée, vous soyez assigné à faire du télétravail, à poser pour une RTT ou un congé payé.

L’excuse indubitable : un décès

Lorsque vous faites face à un décès en famille ou dans votre entourage, il s’agit là d’une excuse pour ne pas aller au travail. En effet, et en général, il est facile pour le recruteur de comprendre sans l’ombre d’un doute votre absence. Il ira plus loin en vous proposant (tenant compte du lien existant entre vous et le défunt) d’utiliser le temps dont vous avez besoin pour vous remettre.

Sur le plan législatif, cette absence devra se justifier par la présentation d’un certificat de décès. Ceci pourrait conduire à l’octroi de quelques jours d’absence. Cela ne tient pas compte de l’ancienneté. Mais le délai de congé accordé varie en fonction du statut du défunt vis-à-vis du travailleur. En effet, ces repos sont payés à la normale, tout comme si ce dernier avait occupé son pote.

La cause environnementale : les intempéries

Il n’y a rien de mieux que les conséquences d’un dérèglement climatique comme excuse pour ne pas aller au travail. Ainsi, les tempêtes répétées, la montée des eaux (entretenue par les pluies diluviennes) ou de fortes chutes de neige peuvent entraîner des incidents domestiques ou des dégâts sur les voies publiques qui vous empêcheront de vous rendre sur votre lieu de travail.

Dans de pareilles circonstances, votre absence ne peut faire l’objet d’une sanction de la part d’aucun employeur. Car cela renvoie à un cas de force majeure. Mais attention, le recruteur sera dans ses droits s’il décide de défalquer de votre salaire cette journée de travail ou les heures de retard. Pour éviter que cela n’arrive, il peut vous être proposé de réaliser un télétravail en lieu et place ou de traduire cette absence sur votre RTT ou congés.

L’excuse à ne pas répéter : la fuite d’eau

Il s’agit bel et bien d’une excuse pour ne pas aller au travail, mais il vous faut garder à l’esprit que cette astuce ne peut être avancée qu’une seule fois. Si vous dites plus d’une fois à votre employeur que vous attendez votre plombier pour réparer une fuite d’eau dans votre cuisine, il finira par ne plus vous faire confiance. Et si ses soupçons s’avèrent vrais, vous aurez de sérieux problèmes.

Le classique des excuses pour ne pas aller au travail : la panne de la montre de réveil

Tout le monde a conscience du fait qu’un réveil puisse faire faux bond et ne pas sonner (faute de pile faible, oublie de programmation, etc.). Il s’agit donc d’une excuse pour ne pas aller au travail que peut gober tout le monde, mais elle est mince et ne peut servir qu’une ou deux fois et avec minutie. En faire usage régulièrement pourrait entraîner des sanctions et au pire des cas être source de licenciement.

La cause juridique : abandon de poste

Vous pouvez décider ne donner aucune forme de justification pour ne pas vous présenter un travail. Posez cet acte une fois est risqué, mais il est possible de vous en sortir avec un avertissement. S’il est répété, vous ferez face à une procédure de licenciement pure et simple. Aussi, elle est irrémédiable. Sur ce, avant de vous lancer dans cette folie, prenez la peine de bien étudier les contours et les retombées.

4/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.